"le bleu est ton assise
où affaler le ciel"



"plongée de ciel
poing refermé
ta détermination
ton rêve
tu ne vois pas
cette part d'invisible
qui obstrue la lumière
tout est bleu"



"le bleu
excède ta peau
corps
traversé de rien
corps
qui s'efface
tu marches
pourtant
sans forces
oublié
laisse tes mains
te précéder
dans l'effusion de l'air"


"pour quelles poursuites
dans la neige
tenir son coeur
à deux mains
ton départ
envol
saturé de bleu
heurte
la travée du ciel"



"le vent
le vent
encore
presque l'oubli"



"à l'arraché
partir
ton corps
lesté de bleu
a percuté
la neige
à toi
l'emporté du temps
la brèche de l'air"
Extraits de l'ouvrage d'Ida Jaroschek, La Brèche de l'air , 2011, Cannes et Clairan : Encre et lumière.